carte_JACK_A

Une nouvelle série, c’est toujours la découverte de nouveaux personnages. Dans le cas de Jack Wolfgang c’est aussi la découverte d’un nouvel univers graphique…

Nos premières réflexions sur la série et les premiers dessins datent de l’été 2015. L’histoire, les personnages et l’ambiance générale de la série ont beaucoup changé au cours des six premiers mois de création. D’une certaine manière une nouvelle série est aussi la possibilité de tester des nouvelles approches

Après une dizaine d’années sur Cassio je cherchais justement ce petit quelque chose qui vous emmène plus loin.

Je lisais pas mal de comics à l’époque et c’est avec ça en tête que j’ai commencé mes recherches sur le personnage.

Humains et animaux

Très tôt dans le projet nous savions qu’il serait question d’un monde où humains et animaux cohabiteraient. L’originalité même de la série Jack Wolfgang réside dans le fait qu’on ne transpose pas notre monde d’humains dans un monde animalier. C’est un monde dans lequel animaux et humains coexistent avec un même niveau d’intelligence

JACK WOLFGANG-_053JACK WOLFGANG-_059JACK WOLFGANG-_060

Dans mes toutes premières études, le personnage était juste un homme avec une tête animale. Et pour cause, dans le scénario original, il s’agissait d’humains ayant muté. Cela a été abandonné et dans la version finale les animaux sont « des animaux qui ont évolué » à partir « grosso modo » du Moyen-Âge jusqu’à nos jours. A partir de ce moment, il a fallu chercher une logique dans les allures des animaux, raison pour laquelle le personnage est passé par des allures beaucoup plus animales.

JACK WOLFGANG-_062

JACK WOLFGANG-_061

L’originalité, la fausse « bonne idée »?

J’aime beaucoup dessiner les animaux mais je ne suis pas nécessairement un fan d’univers animaliers. Dans notre projet l’idée était de pouvoir dire à un moment donné: si on change nos animaux par des humains l’histoire ne fonctionne pas; preuve, s’il en est, que ce que l’on raconte a vraiment son sens « parce que » on a des personnages animaliers dedans.

JACK WOLFGANG-_058JACK WOLFGANG-_056JACK WOLFGANG-_054JACK WOLFGANG-_055

Mais parfois l’originalité peut être une fausse bonne idée. Dans ce cas-ci, il fallait que l’ensemble personnages humains et animaux soient cohérents. Pour cela, j’ai assez rapidement opté pour un dessin semi-réaliste différent de ce que j’ai fait sur Cassio. Il y a même eu des versions plus cartoon.

Le personnage en action

Dans ces périodes de pure création, je dessine beaucoup aussi « autour » des personnages. J’essaye de les imaginer en action, dans des scènes qui n’ont rien à voir avec l’album, pour tester les personnages in situ.

Dans cet état d’esprit, j’ai réalisé une série d’illustrations qui montrent Jack en action. C’est une sorte de vitrine du potentiel du personnage. C’est très amusant à faire.

JACK WOLFGANG-_009JACK WOLFGANG-_006JACK WOLFGANG-_007JACK WOLFGANG-_008JACK WOLFGANG-_010

Le réalisme

C’est en travaillant sur plusieurs personnages et en décidant jusqu’à quel point les humains seraient « réalistes » ou pas que j’ai finalement trouvé le bon personnage pour Jack.

Avec un personnage masculin et plus encore avec un loup, il était très difficile d’humaniser son visage. Notre loup garde donc un côté très animal. Au début le personnage était plutôt fin. Petit à petit j’ai commencé à intégrer le fait qu’il avait des poils et qu’il devrait être plus massif. C’est toujours un va-et-vient entre plusieurs concepts jusqu’à ce qu’on arrive sur celui qui devient indiscutable.

La logique m’a amené aussi à décider que les animaux mâles ne porteraient pas nécessairement de chaussures.

Les dernières retouches et ajustements se font en travaillant sur les planches. Au fur et à mesure qu’on avance dans l’album, certaines évidences nous sautent aux yeux et le personnage finit petit à petit par être ce qu’il sera. Et il devient alors presque impossible de le dessiner autrement.

JACK WOLFGANG-_013JACK WOLFGANG-_011JACK WOLFGANG-_012JACK WOLFGANG-_014JACK WOLFGANG-_017JACK WOLFGANG-_018 JACK WOLFGANG-_016